Fabula Bovarya

A tous ceux qui sont atteints d'un incurable bovarysme...

07 septembre 2008

Aphorismes

aphorismes_wildeAphorismes, d’Oscar Wilde (Arléa poche, 269 pages). Terminé le 07 septembre 2008.


Genre : aphorismes


Avis : 5/5


D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été fascinée pas le personnage d’Oscar Wilde. Je me rappelle par exemple avoir reçu, ado, en cadeau à Noël, un agenda Oscar Wilde, dont les pages glacées étaient truffées de photos du dandy irlandais et de ses célèbres répliques. Je n’ai jamais utilisé cet agenda, de peur de souiller de mon écriture et de mes viles préoccupations un si beau carnet. Je l’ai toujours depuis, dans ma bibliothèque…


Et pourtant, il y a peu encore, je n’avais jamais rien lu de Wilde ! Le personnage me subjuguait mais je ne m’étais jamais aventurée dans ses œuvres… Quelle tristesse… Et il a fallu un banal mais astucieux roman contemporain (Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles de Gyles Brandreth), que j’ai adoré, pour me rappeler que de l’auteur je connaissais tout un tas de choses, mais de l’œuvre, rien. Et me voilà piquée d’essayer de réparer cette tragique erreur…


J’ai donc lu il y a peu le fameux Portrait de Dorian Gray, que j’ai énormément apprécié. Voilà une première erreur réparée. Mon prochain objectif est de lire son théâtre. Mais avant, j’ai eu la curiosité de lire ses aphorismes, dont beaucoup encore sont connus et font les bons mots de certains ingénieux qui s’escriment à copier le maître…


wilde_oscarJ’ai donc dévoré en une petite heure ce livre d’aphorismes de Wilde, dérogeant pour une fois (et c’est une première !) à ma sacro-sainte horreur d’écrire dans mes livres, en notant d’une discrète croix de papier à crayon les remarques les plus fines ou qui m’étaient les plus parlantes… Et quel régal ! Un festin de traits d’esprits. Du grinçant. Du cynisme. De la lucidité. De l’humour. Et plus que tout, ce qui fait le génie de Wilde, du paradoxe ! Je me suis émerveillée à la lecture de chaque page, dans chaque thème, du génie brillant et inventif de la pensée wildienne. Qu’il devait être bon d’avoir Wilde à sa table ! Qu’il ait fasciné ses contemporains comme il peut encore nous fasciner n’est pas étonnant. Comme il se plaisait à dire lui-même, il n’avait que son talent à mettre dans ses œuvres, gardant son génie pour sa vie.


Le livre propose donc un florilège des meilleures réparties de Wilde, classées selon des thèmes. 46 thèmes pour être plus exacte, qui vont de l’argent aux parents, en passant par l’amour et l’amitié, mais faisant un détour aussi par le tabac, la vérité ou encore le travail. Il serait inutile et fastidieux pour moi de répertorier tous les thèmes abordés, mais il est bon de noter que rien, dans cette société victorienne fin de siècle, n’est épargné par son esprit et son intelligence… pour notre plus grand bonheur aujourd’hui. Un vrai thésaurus au sens étymologique du terme : un trésor. Et qui me donne encore plus envie de plonger dans l’univers de Wilde, que ce soit par ses œuvres ou sa vie.


Wilde_fryA noter aussi une très intéressante préface écrite par Stephen Fry, acteur anglais qui a joué le rôle de Wilde au cinéma aux côtés de Jude Law (dans le rôle de Lord Alfred Douglas), et qui analyse son rapport avec l’auteur avec humour (anglais, bien sûr, toujours !) mais aussi réalisme. Il tâche d’essayer de comprendre le rapport que notre monde moderne entretient aujourd’hui avec la figure mythique de cet écrivain original et l’image que l’on se fait de lui avec la réalité de ce qu’à été l’homme dans sa vie, brisé sur l’autel de la bienséance et de l’hypocrisie, passant du faîte à l’abîme dans des circonstances qui nous paraissent aujourd’hui aberrantes… et pourtant ! Telle est la vie de Wilde, et tel est ce qui a contribué à faire de lui la légende qu’il est devenu…


Je terminerais ce billet enthousiaste et admiratif par quelques aphorismes que j’ai pu noter, et qui me parlent particulièrement en ce moment :


- « En ce monde, il n’y a que deux véritables tragédies. La première est de ne pas obtenir ce que l’on désire, et la seconde de l’obtenir. »


- « Toujours ! Quel mot épouvantable ! Quand je l’entends, j’en frémis. Les femmes aiment tellement l’utiliser. Elles gâchent tous les romans d’amour en essayant de les faire durer éternellement. En plus, c’est un mot qui ne veut rien dire. La seule différence entre un caprice et la passion de toute une vie, c’est que le caprice dure un peu plus longtemps. »


- « Vivre c’est ce qu’il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, voilà tout."


- « C’est quand il parle en son propre nom que l’homme est le moins lui-même. Donnez-lui un masque, et il vous dira la vérité. »


- « Il n’y a que sur les sujets qui ne nous intéresse pas que nous parvenons à former une opinion vraiment objective, ce qui est sans nul doute la raison pour laquelle une opinion objective n’a jamais la moindre valeur. »


Et que cette dernière pensée ne vous égare pas : l’intérêt que je porte à Oscar Wilde n’obscurcit en rien mon jugement et mon avis est tout ce qu’il y a de plus objectif… ;) Car se mesurer à l’esprit incommensurable de Wilde à travers ses aphorismes c’est finalement se rendre compte de toute notre petitesse face au génie d’un tel homme…

 

On peut lire actuellement 8 billets doux sur cette chronique rédigée et publiée par Alwenn ©
Posté dans la catégorie Aphorismes et pensées - Pour faire un permalien vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

Ce que vous en dites :

    J'aime la sincérité spontanée de votre analyse, elle me donne envie de me plonger dans ces aphorismes! (D'ailleurs ils ne sont pas très loin, je crois que je vais attraper le livre ce soir ^^)

    J'avais lu et aimé "Le portrait de Dorian Gray", je crois que je vais me laissée tenter par "Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles de Gyles Brandreth"

    Pour l'instant, je vais visiter votre antre!

    Merci

    Ecrit par Carmilla, 07 septembre 2008 à 22:32
  • Merci Carmilla ! Je te conseille effectivement vivement "Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles" qui est un roman policier intelligent et bien écrit. D'ailleurs, j'ai vu que d'autres sont parus en anglais, toujours avec ces magnifiques couvertures colorées, et j'ai hâte de pouvoir les lire !

    Merci de ta visite et de ton commentaire !Je m'en vais d'ailleurs de ce pas visiter ton blog ! )

    Ecrit par Alwenn, 07 septembre 2008 à 22:55
  • Avec un tel commentaire, il ne me reste plus qu'à mettre la main sur ce recueil !

    Ecrit par Brize, 08 septembre 2008 à 08:50
  • Jette-toi dessus Brize ! Je pense qu'avec un homme comme Oscar Wilde, on ne peut pas être déçu ! Et puis certaines remarques bien senties pourrait, -pourquoi pas- nous faire briller nous aussi dans un dîner ! ^^

    Ecrit par Alwenn, 08 septembre 2008 à 10:56
  • Tu as raison, Alwenn... même si, bien sûr, compte tenu de nos habituelles réparties tellement spirituelles, nous n'avons pas vraiment besoin de ça !!!

    Ecrit par Brize, 09 septembre 2008 à 17:40
  • Hi, hi !

    Oui, tu as bien raison ! Nous aussi nous avons de l'esprit, et nous savons l'exprimer ! )

    Ecrit par Alwenn, 09 septembre 2008 à 22:21
  • Voilà un vrai grand esprit ! Je l'adore ce bonhomme ! Je comptais justement parler de lui dans mon blog tout frais tout neuf sur : legreffierquironflotte.overblog.com
    Bises à toi Alwenn et merci pr ce blog que j'adore feuilleter !

    Ecrit par Stella, 29 mai 2010 à 13:20
  • A Stella : j'adore aussi Oscar ! Je vais aller faire un tour sur ton blog de ce pas ! )

    Ecrit par Alwenn, 29 mai 2010 à 20:55

A votre tour de déposer un billet doux...








 

© Fabulabovarya.canalblog.com, contenu géré par Alwenn | Création 17 avril 2006 |
La reproduction du contenu écrit des billets présents sur ce site sous toute forme et sans autorisation est strictement interdite.