Fabula Bovarya

A tous ceux qui sont atteints d'un incurable bovarysme...

13 avril 2009

Dracula, encore et toujours...

stokerIl y a peu, je refermais les pages du seul et unique Dracula, celui de l’écrivain irlandais Bram Stoker (ci-contre). Lecture fondamentale s’il en est pour qui se targue d’être mordue de vampires depuis la découverte du clan Cullen il y a maintenant 3 ans. Du coup, la lecture de Stoker m’avait donné envie de regarder à nouveau le Dracula de Coppola, ce que j’ai fait il y a maintenant une quinzaine de jours. Mais quand j’ai évoqué cette adaptation du mythique buveur de sang, Ys m’avait fait remarquer que THE adaptation était pour elle celle de Tod Browning de 1931. Je l’ai donc visionnée aussi, et je vais essayer de faire un petit topo de ce que j’ai aimé, moins aimé, retenu, et ce qu’il vaut mieux oublier…

 

Commençons par le film de Coppola. Si vous voulez un excellent pitch, rendez-vous sur le blog de Neph qui vient justement de publier un article sur le film. Très bon résumé à la manière de « c’est l’histoire d’un gars » de Coluche… ^^ Vraiment, n’hésitez pas à cliquer sur le lien, ça vaut le détour (et ça m’évite en plus de devoir tout raconter à nouveau ! :) )

 

Alors, alors… que dire sur cette version ? … Eh bien, pour être franche, j’aime beaucoup. Oh, bien sûr, il y a tout un tas de défauts complètement rédhibitoires, quand j’y pense bien, mais quand je n’envisage l’adaptation que sous la forme vague d’un ensemble, je dois dire que ça m’évoque un bon souvenir.

J’ai tout particulièrement aimé le fait que par rapport au roman, le scénario du film tente réellement de reprendre les moments importants de l’histoire. Comme toute adaptation, elle n’envisage pas le roman intégralement et dans le respect des moindres détails, mais j’ai trouvé que l’ensemble demeurait tout de même relativement fidèle à l’esprit de Stoker. La trame narrative est presque identique, les personnages présents dans le roman le sont presque tous dans le film et les lieux évoqués dans le livre le sont aussi dans l’adaptation. Bref, de prime abord, Coppola a su rendre hommage au maître tout en affirmant son originalité de distanciation obligée.

 

dracu1iz7Le casting est pour moi très bon : Winona Rider fait une parfaite Mina un peu nunuche, à l’instar du livre, Jonathan Harker/Keanu Reeves est un jeune clerc sans expérience, un col-blanc à peine dégrossi et sorti de l’adolescence, Hopkins campe un excellent Van Helsing, un peu jeté mais parfaitement entraîné à mater les phénomènes surnaturels. Enfin, Gary Oldman incarne pour moi un Dracula irréprochable (mais là, je cesse d’être objective puisque j’ai une affection toute particulière pour cet acteur depuis déjà de longues années… Neph, preuve de mon manque total d’objectivité ? J’aime même ses ridicules petites lunettes violettes et son costume impeccable de parfait dandy londonien à la Depp… ^^)

 

Dans sa réalisation même et son aspect technique, je trouve que ce film est un petit bijou : les plans sont extrêmement esthétiques, outrageusement travaillés parfois, en partant de la couleur jusqu’aux effets spéciaux et en passant par la bande originale du film dont je suis fan (cette musique lancinante qui marque les élans des cœurs de Gary Oldman et Winona Rider qui se cherchent… Pfff… j’suis une indécrottable romantique…). C’est peut-être d’ailleurs cette composition artistique très « Coppola » qui fait dire à Ys qu’elle trouve le film par trop « baroque ». Et même si, je le répète, j’ai bien aimé le film dans l’ensemble, je ne serais pas loin non plus de lui accoler ce même adjectif pour le caractériser au plus près, sans forcément y voir une teinte trop péjorative.

 

En revanche, le film comporte un certains nombre de défauts qui m’ont tout de même sérieusement agacée… Commençons par la permanente présence d’une sensualité débridée tout au long du film. Et encore, je parle de sensualité, mais je crois que cela va encore plus loin que ça. La mythologie vampirique accorde une importance non négligeable à la sensualité et à l’érotisation. Mais là, le corps, dans ses besoins et ses désirs, est animalisé et sexualisé inutilement. C’était dans l’air du temps –et ça l’est toujours-, d’exhiber la sexualité comme une bête intérieure que l’on ne cesse de dompter, ou au contraire, auquel on est fier de succomber. Toujours la bataille du tout répressif opposé au tout laxiste. Mais honnêtement, cela rajoute-t-il quelque chose à l’histoire ? Non. Rien du tout. Comme on le verra avec la version de Tod Browing, la sensualité exprimée par les vampires n’est jamais très loin. Mais là, dans cette version, c’est trop. Le summun du too much tombant dans le ridicule étant atteint selon moi lors de la scène où Lucy est livrée aux assauts bestiaux de Dracula, étrangement transformé pour l’occasion en lycanthrope hors-de-propos (fantaisie dont le choix n’est pas innocent en soi si l’on repense à la sexualité animalisée qu’on évoquait plus haut… ) La pauvre Lucy est d’ailleurs rabaissée au rang de vulgaire allumeuse qui au final n’a que ce qu’elle mérite puisqu’elle finira par rejoindre le Prince des Ténèbres et son sérail de goules perfides et perverses. Bref, le mieux est l’ennemi du bien, et en voulant rendre trop apparent l’érotisation de la mythologie vampirique, Coppola n’a pas su, selon moi, éviter l’écueil de la sexualisation vulgaire de l’histoire.

 

bramstoker_draculaLe deuxième défaut, si l’on se place du point de vue d’un strict respect de l’intrigue de Stoker est cette histoire d’amour entre Mina et Dracula, qui est totalement absente du roman. De prime abord, c’est aussi très choquant, cette adjonction. Très hollywoodien et donc très inutile. J’en conviens.

Mais mon cœur est un vrai puits à bluettes, et depuis la première fois où j’ai vu ce film, quand j’étais ado, je n’ai pu résister à cette histoire d’amûûûûr… Je retire donc un sentiment très étrange qui veut que je me dise : « Tout de même ! Coppola est très loin de respecter l’esprit de Stoker dans cette adaptation ! » et que je parvienne à penser dans le même temps «[mode deux neurones ON]  « Rhô, lâ, lâ… Un amour intemporel comme ça… qu’est-ce que c’est bôôôô… [mode deux neurones OFF] ». J’en arrive donc à reconnaître un certain talent de fabuliste à Coppola, qui a su greffer habilement cette romance (allez, ne soyons pas bégueules, et reconnaissons-le : c’est une adjonction qui trouve sa place aussi facilement que si elle avait toujours été présente…) à l’histoire originale rédigée par Stoker…

 

Du coup, je reviens à ce que je disais au début, je finis, malgré tous les défauts visibles de cette adaptation, à en retirer un sentiment à la fois brillant et poignant. Les qualités masquent les défauts avec élégance et finesse, de sorte que l’effet global s’imprime en tête comme un film « sympa et plutôt réussi ». Même si le côté sexy vulgaire m’a énervée au plus haut point…

 

Le renversement des sentiments que provoque ce comte Dracula presque humain, dont les larmes atteignent le cœur de Mina et des spectateurs, a de quoi faire hurler les puristes et le chevronnés gothiques, mais j’aime assez cette audacieuse idée qui fait de l’être le plus vil, un humain sacrifié sur l’autel de la religion, rendu fou de douleur par la perte de son amour éternel…

 

minaQue dire alors de la version de 1931 de Tod Browning ? Je ne crois pas avoir vu avant cette adaptation en entier, même si des extraits m’étaient tout de même très familiers. Dans le rôle titre de Dracula, l’acteur hongrois Bela Lugosi et son accent particulier, aux consonances très « transylvaniennes »… J’ai beaucoup aimé découvrir cette adaptation car je me suis revue, quand ma mère enregistrait les vieux films du « Cinéma de minuit » et qu’on se les regardait le dimanche suivant en séance de rattrapage. Indubitablement, c’est une version à voir, ne serait-ce que pour Bela Lugosi. C’est le genre de film qui fait partie du patrimoine cinématographique et culturel.

 

Mais cette version n’est pas pour moi non plus satisfaisante et les quelques défauts que j’ai pu y relever ne m’ont pas permis de l’élever plus haut que la version de Coppola (mais peut-on comparer des films qui n’ont pas vu le jour à la même époque et dans les mêmes conditions ? Rien n’est moins sûr…). Ainsi, la première chose à m’avoir heurtée est la situation temporelle de cette adaptation : les années 1920/1930…

Les filles avec les robes un peu années-folles, et les hommes en feutre et costumes de flanelle, c’est pour le moins… inattendu !

 

On pourra aussi trouver les décors très kitsch : toiles d’araignées géantes (les toiles. Et les araignées aussi, remarque…), escalier monumentaux en carton pâte, herses médiévales, candélabres factices et, le must, chauve-souris automate. Bon, ce n’est pas gentil de se moquer. En 1931, on fait avec les moyens du bord.

 

dracubelaLa réalisation est en fait très théâtralisée. A la limite de la lenteur des films muets qui précèdent l’émergence de ce nouveau cinéma parlant. Le côté silencieux des scènes, même celle où le suspense est à son comble, renforce ce côté « vieux film ». De même, la gestuelle de Bela Lugosi est tout bonnement surprenante et assez bluffante. Aujourd’hui, on trouve ça surfait, exagéré, compassé. Mais la décomposition des mouvements de ses mains, notamment, quand il les replie pour en faire des appendices crochus, ou encore quand il soulève le couvercle de sa caisse-cercueil, est assez hallucinante.

 

Bela Lugosi, dans son interprétation, fait du personnage de Dracula un séducteur presque hypnotique. On est loin du Nosferatu de Murnau (vu aussi dans ma jeunesse) qui renvoie à la pure tradition démoniaque du vampire. Ici, le comte semble cultivé, riche et propre à inspirer aux jeunes femmes les sentiments les plus vifs. Et pour en revenir à cette sensualité propre à la mythologie des vampires, on la retrouve ici dans des plans où le vampire s’approche du cou de ses victimes et les enveloppe derrière sa cape comme pour masquer des ébats privés et initimes…

 

Cependant, si je reprends le fil de ma pensée, la simplification de l’histoire de Stoker est encore plus prégnante ici que chez Coppola : Mina est la fille de Seward (c’est quoi cette hérésie ???), Harker est toujours aussi blanc-bec avec ses reinfieldpantalons de golf. Limite ridicule quand il essaie de sauver Mina à la fin, et Van Helsing fait un peu figure de professeur Foldingue. Exit en revanche Lord Goldaming, Quincey ; Lucy quant à elle est toujours attirée par le séduisant et mystérieux Comte. Il y a donc tout de même des invariables qui évitent de perturber les schèmes inconscients implantés…

Reinfiel prend en outre dans cette version une part extrêmement importante (trop ?). J’aurais presque tendance à dire qu’avec Dracula, il est le deuxième héros de cette adaptation. L’acteur qui l’incarne, Dwight Frye, est d’ailleurs excellentissime. Tout est encore dans la théâtralisation mais il renvoie une vive folie avec force conviction. Une vraie performance d'acteur qui m'a laissée admirative.

 

J’ai donc bien aimé cette adaptation, même si, selon moi, elle ne propose pas non plus la vision la plus proche de l’esprit de Stoker. Elle est aussi trop marquée dans l’époque de sa réalisation. Ce qui en fait un excellent témoignage cinématographique plus qu’une adaptation méritante. Sauf peut-être en ce qui concerne Bela Lugosi, qui, selon le souhait de son épouse et de son fils, fut inhumé avec la cape du célèbre vampire… ^^ Hanté jusqu’au bout par le personnage qu’il incarna au théâtre puis au cinéma.

 

En résumé, deux films fort différents, difficiles –voire impossible- à comparer tant ils n’ont pas été réalisés dans le même but. Des prémices du film d’horreur au film à grand spectacle consommé, il y a tout un monde. Plus de cinquante ans de l’évolution d’un personnage mythique…

 

Merci encore à toi Ys pour m’avoir fait découvrir cette version de 1931 !

minajohnathan

 

 

On peut lire actuellement 24 billets doux sur cette chronique rédigée et publiée par Alwenn ©
Posté dans la catégorie ~~Films et dvd - Pour faire un permalien vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

Ce que vous en dites :

    Eh bien, il t'inspire ce Dracula ! Bon, j'ai déjà dit ce que je pensais de la version de Coppola et pour moi, vraiment, il n'y a rien au-dessus de celle de Tod Browning. Les décors sont kitsch, les gestes théâtraux ? Oui et c'est ce qui fait son charme, les restes du cinéma muet avant le grand déferlement en technicolor. Bela Lugosi est effectivement envoutant et Dwight Frye est absolument excellent dans sa folie. Ce film est formidable !
    Si tu me le permets, j'en profite pour demander à quiconque aurait une version DVD de "Nosferatu fantôme de la nuit" de Werner Herzog (1979)avec Isabelle Adjani de me dire où je pourrais trouver une copie de ce chef d'oeuvre absolument introuvable (enfin, ça fait des années que je l'ai vu, et peut-être qu'il ne serait plus un chef d'oeuvre à mes yeux aujourd'ui...)

    Ecrit par Ys, 13 avril 2009 à 22:37
  • @ Ys : coucou ! Pour ce qui est de la théâtralisation, ça ne m'a pas gênée du tout ! Au contraire, je suis restée assez bluffée. Mais les licences prises par rapport au texte originale en revanche si. Et pourtant, comble du paradoxe, je suis capable de te dire que j'ai tout de même aimé le Dracula de Coppola... Et mon homme vient de me faire remarquer un truc intéressant par rapport aux costumes et au fait que Dracula soit placé dans les années 30 : finalement, au moment de la réalisation seules une trentaine d'années la sépare de la parution du livre. Le fantastique étant l'intrusion du surnaturel dans le décor quotidien et réaliste, quoi de plus normal finalement que d'inscrire les personnages dans la contemporanéité ? J'ai bien aimé, mais elle ne correspond à l'adaptation que je voudrais voir. Celle de Coppola non plus d'ailleurs... Difficile de trouver ce que l'on désirerait voir, hein ? ^^

    Pour le film de Herzog, ma mère l'avait en cassette vidéo... support bien dépassé aujourd'hui... :/ Je l'avais vu aussi, mais je n'en ai plus grand souvenir...

    Merci encore à toi en tout cas ! Bises ! Je te renvoie le dvd cette semaine !

    Ecrit par Alwenn, 13 avril 2009 à 22:50
  • Très très intéressant ton billet! Pour ma part, je déteste la version de Coppola, je la trouve... vulgaire. Il y a trop de couleurs, trop de sexualité débridée, trop de tout et surtout trop de Gary Oldman (je ne le supporte pas, oups, me pardonneras-tu ?)). La version de 1931 est meilleure à mon goût pour tout ce que tu énonces et qui me plaît : la théâtralité, le jeu de Lugosi, le fait qu'on sorte tout juste du muet et que ça se voit. Mais en fait, je crois que je n'ai jamais vu de version de "Dracula" qui me satisfasse pleinement. Mon préféré à ce jour : le vieux "Nosferatu" (je n'ai pas vu celui de Herzog), je le trouve plein de noirceur et de poésie, même si dans mon souvenir on est loin du roman. Et "Le bal des vampires" de Polanski, est assez drôle. Quant à "Van Helsing", c'est du grand n'importe quoi mais avec Hugh, alors... )

    Ecrit par fashion, 14 avril 2009 à 00:06
  • @Fashion : pour la vulgarité, on est d'accord... :/ C'est vraiment LE point qui m'a agacée profondément. Je ne COMPRENAIS pas ce que venaient faire toutes ces scènes dans l'adaptation... (Trop de Gary, ça, spa possible pour moi... ^^ mais je peux comprendre que ça ne passe pas chez d'autres ! ) Comme je le dis à Ys, ce n'est pas que je n'aie pas aimé la théatralité de la version de 1931, ou le fait que l'on soit aux prémices du parlant... c'est juste que je n'arrive pas à placer une adaptation devant l'autre car elles s'inscrivent dans des démarches qui n'ont rien en commun.

    C'était un plaisir de découvrir ce film de Browning parce que ça me rappelais mes séances de Cinéma de Minuit avec ma mère, mais je la trouve trop éloigné du texte de Stoker (je ne me remets toujours pas de Mina qui se retrouve fille de Seward... ^^)

    Quant aux autres films que tu cites, je suis longtemps restée hermétique à celui de Polanski, pour finir par le trouver sympa, mais sans plus. Et les Van Helsing, jamais vu je crois.
    Le vieux Nosferatu est assez terrifiant quant à lui(je me rappelle en avoir fait des cauchemars !)

    Bref, pour moi les deux films que j'essaie d'analyser ne sont presque pas comparables. Ils ont chacun leur défauts et leurs qualités et ils apportent chacun une vision de ce mythe qu'est Dracula. Autant la version Browning propose un Dracula qui me semble correspondre davantage à ma vision de Stoker, autant l'univers victorien de Coppola sied mieux à mon imaginaire (en enlevant toutes ces scènes vulgaires...).

    Pour avoir une bonne adaptation, il faudrait que je la tourne moi-même ! ^^

    Ecrit par Alwenn, 14 avril 2009 à 00:23
  • Autres Dracula 1931

    En même temps que le film de Browning, et dans le même décor mais avec d'autres acteurs (dont le meilleur Renfield à ce jour à mon humble avis), Melford a également réalisé un Dracula, aussi sinon plus intéressant que celui de Browning : http://blog.vampirisme.com/vampire/?105-melford-george-dracula1931

    Quand vous abordez le côté théâtral des acteurs, vous effleurez en fait bien la raison de ce jeu : le film parlant était très récent à l'époque, aussi les acteurs n'étaient ils pas très au fait de cette nouvelle manière d'être filmé, et avaient gardé leurs habitudes héritées du cinéma muet.

    Quand au film de Coppola, je suis complètement d'accord avec vous sur le fait que l'histoire d'amour Dracula-Mina est un ajout très (trop) hollywoodien, mais vu la connotation érotique (aussi bien dans les couleurs choisies par le réalisateur qu'à travers la psyché des personnages) du film, cet ajout s'intègre parfaitement sans plus choquer.

    Il ne faut non plus pas oublier cette magnifique introduction, qui relie de manière durable Dracula avec Vlad Tepes, un point que Stoker ne fait qu'effleurer dans son roman.

    Ecrit par Vladkergan, 14 avril 2009 à 07:20
  • J'adore ce roman et le film de Coppola! Je l'ai lu en français puis un anglais, un vrai régal et ce film, les couleurs, l'ambiance, les acteurs... je n'y résiste pas! (comme toi avec Gary Oldman je ne peux être totalement objective ^^)

    Ecrit par Sabbio, 14 avril 2009 à 07:53
  • J'ai un très bon souvenir du film, par contre,je dois reconnaître que je n'ai jamais tenté le coup de lire le roman. J'ai pourtant lu toute la série des vampires d'Anne Rice, et je n'ai jamais mis le nez dans celui de Bram Stoker.
    Une honte, je vous dis...

    Ecrit par kesalul, 14 avril 2009 à 08:39
  • Moi aussi j'aime bien Gary Oldman mais pas dans ce film. Je trouve qu'il ajoute à la vulgarité de l'ensemble et pour moi, la sexualité outrée, qui enlève plus qu'elle n'ajoute à l'histoire, est encore ce qu'il y a de moins vulgaire. L'histoire d'amour improbable est en effet terriblement hollywoodienne dans le pire sens du terme et contrairement à Vladkergan, j'ai trouvé que ça jurait, d'ailleurs, je trouvais ça parfaitement ridicule alors que je n'avais pas encore lu le roman. Ce film m'a tellement fait rire en fin de compte (la robe improbable de Lucy dans la tombe y a grandement contribué), un comble pour un film de ce genre.

    Le film de Tod Browning, j'aime bien (moi aussi ça m'a choqué que Mina devienne la fille de Seward), y compris les yeux exorbités de Lugosi pour le côté hypnotique. C'est un bon film même si ce n'est pas une bonne adaptation (une bonne adaptation est-elle possible d'ailleurs en raison de la forme du récit?)

    "Le bal des vampires", j'ai adoré quand j'avais 15 ans mais il faudrait que je le revoie. Le Murnau, j'en garde un souvenir précis de certaines images très fortes. Il m'avait beaucoup marqué mais il faudrait aussi que je le revoie.

    Ecrit par Isil, 14 avril 2009 à 08:46
  • Et je n'ai jamais vu le film avec Christopher Lee (ou alors je l'ai oublié) mais en lisant le roman, je me suis dit que Dracula, c'est lui

    Ecrit par Isil, 14 avril 2009 à 08:48
  • Pas d'accord avec tes reproches sur le film de Coppola ;o)
    Bon, je me suis ennuyée à mourir en lisant le livre, mais je trouve que Coppola n'a pas extrapolé avec toute cette sexualité débridée. J'ai été très choquée lors de mon premier visionnage par pas mal d'aspects de ce film, mais à ce niveau là, le comportement des femmes m'a bizarrement paru logique.
    Quant à l'amour hollywoodien, il donne à l'histoire un intérêt que j'ai trouvé totalement absent du livre.
    De plus, Dracula étant un mythe qui va au-delà d'un livre, ça ne me choque pas du tout qu'il y ait quelques ajouts. Comme toi, j'adore la musique ! Et j'aime Gary, et je déteste Fashion P

    Ecrit par Lilly, 14 avril 2009 à 09:37
  • Merci pour toutes les gentilles choses que tu dis sur mon article, je suis très touchée
    Mais oui, ton amour inconditionnel pour Gary Oldman va trop loin : ses lunettes sont particulièrement horribles...
    Tu ne rates rien de ne pas avoir vu Van Helsing : je suis allée le voir au ciné lors de sa sortie il y a quelques années maintenant, et c'était un bêtisier à lui tout seul. Je crois qu'on a vu des ombres de caméra pendant tout le film, le summum de la nullité étant atteint pour une scène finale dans une grotte avec la perche pour le son qui touchait presque le crâne des acteurs, à croire que personne ne s'est donné la peine de visionner le film pour le monter correctement !
    Je n'ai jamais vu cette première version de Dracula, mais il faudrait que je m'y mette... J'ai seulement vu les deux premières de Christopher Lee, et Le Bal des vampires il y a quelques temps. D'ailleurs je meurs d'envie de le commander pour le revoir, ça me démange depuis quelques temps
    Ce que tu dis sur Lugosi est tout à fait vrai, un reportage sur sa vie et sur son rapport complexe au personnage de Dracula est passé l'an dernier sur Arte, c'était très intéressant.

    Hildebald a lancé chez moi l'idée d'un challenge Vampires/Dracula, je trouve l'idée très tentante : il y a de quoi faire

    Ecrit par Neph, 14 avril 2009 à 10:19
  • Incontournable Dracula... J'en suis "accro" tout comme mon frère qui lui, est tellement admiratif de ce livre qu'il a failli appeler sa fille Mina... !!

    Ecrit par Hathaway, 14 avril 2009 à 13:20
  • @ Vladkergan : Bienvenue ici ! Je vais aller faire un tour sur le lien que tu me donnes ! Je suis d'accord : la théâtralisation provient bien de ce tournant qu'a pris la réalisation du cinéma en parlant. D'ailleurs, dans les bonus, il expliquait que toutes les salle à l'époque n'étant pas équipée du son, ils avaient volontairement tourné les scènes de manière à pouvoir insérer de manière fluide les écrits propres au cinéma muet. Et c'est vrai que cet ancrage dans l'Histoire, avec Vlad Tepes, est intéressant. Même si, à mon sens, il n'était pas forcément indispensable. Mais au final, c'est une manière d'envisager le film qui est personnelle sans être complètement à côté de la plaque. Mais je peux comprendre que certains n'apprécient pas cette version du roman. Si je ne me base que sur le sentiment que je retire du film, je me dis que j'ai passé un moment sympa. Si je juge par rapport au roman, je suis bien obligée de crier à l'hérésie... dur, dur, de trouver un compromis...

    Ecrit par Alwenn, 14 avril 2009 à 20:46
  • @ Sabbio : coupine de fan de Gary Oldman alors ! ) Je l'aime bien, donc vraiment, je ne peux être objective...

    @ Kesalul : Si tu as lu les Ann Rice, il faut que tu lises le Maître alors ! Moi ce sont les Ann Rice que je n'ai jamais lus. Mais j'aimerais bien. Tente Stoker. Mais beaucoup n'accrochent pas... Je serais curieuse d'avoir ton avis !

    Ecrit par Alwenn, 14 avril 2009 à 20:49
  • @ Isil : Pour moi Gary reste Gary, même dans ce film. Mais, toujours pour en revenir à mon homme, il me disait aussi hier soir qu'il avait eu une réaction épidermique en voyant ce film ado : il l'avait trouvé tellement ridicule qu'il était parti avant la fin. C'est marrant, parce que je ne l'ai pas du tout ressenti comme ça et je me demande au final à quoi ça tient. Je ne suis pas non plus dans l'enthousiasme béat, mais ce rejet presque immédiat de la part de certains spectateurs m'étonne beaucoup. (mais je comprends, hein ! ^^ Heureusement que nous n'avons pas tous le même avis !)

    Est-ce qu'une bonne adaptation existe ? Je pense qu'elle est encore à faire, et j'attends le réalisateur qui pourra le faire... Il y a de la matière dans ce livre, et certains choix de Coppola justement me semblaient intéressants : reprendre la forme du journal par exemple que l'on voit en début de film. Mais bon...

    Et le bal des Vampires, je pense qu'il faudrait que je le voie aussi ! Enfin le revoir. Parfois on n'apprécie mieux un film avec quelques années de plus (tout comme on voit le défaut de certains autres : Dracula de Coppola était pour moi une merveille du haut de mes 13 ans ! ^^ Ok... je vais me cacher ! )

    Ecrit par Alwenn, 14 avril 2009 à 20:57
  • @ Lilly : Je suis d'accord : une adpatation ale droit de ne pas être formellement respectueuse de l'oeuvre dont elle est issue. Mais si je peux reconnaître que l'érotisme est inhérent au mythe du vampire, en revanche, j'apprécie moins qu'il soit fait étalage d'une sexualité outrancière... Enfin, je ne sais pas, je ne suis pas prude (enfin je ne pense pas ! ^^) mais là, c'est un peu too much parfois quand même... Mais il n'empêche que comme je le dis dans l'article, l'histoire d'amour ne me gêne pas. Au contraire. Elle rajoute un petit quelque chose d'humain au personnage de Dracula, qui n'est pas pour me déplaire. Mais je pense que c'est justement ça qui ennuie un certain nombre de spectateurs...

    Et chouette, on est coupine de BOF et de Gary ! Tope-là ! ^^ (on est au moins 3 dans les commentaires )

    Ecrit par Alwenn, 14 avril 2009 à 21:02
  • @ Neph : mais de rien ! J'ai trouvé ton article excellent ! ça aurait été dommage de ne pas le mettre en lien ! (mais je savais que je t'aurais fait hurler avec la remarque sur les lunettes... ^^ En vrai, je voudrais les mêêêêêmes ! hi, hi ! )

    Quand je lis ce que tu écris sur Van Helsing, je suis bien contente de pas l'avoir vu... ça m'a l'air d'être un gros navet en effet (mais dans le même genre, je me souviens d'avoir vu La reine des Damnés, adaptation d'Ann Rice, et qui était une belle daube aussi...)

    Pour le challenge, mon dieu oui, il y a de quoi faire ! Mais c'est une idée super intéressante (et en plus j'ai déjà pris de l'avance ! ^^)

    Ecrit par Alwenn, 14 avril 2009 à 21:05
  • @ Hathaway : Oh oui ! Je trouve ça très joli comme prénom pour une fille "Mina" ! Je ne suis pas une fan inconditionnelle du roman, mais je comprends qu'on en soit complètement accro ! )

    Ecrit par Alwenn, 14 avril 2009 à 21:07
  • Le Dracula de Coppola est vraiment bon en effet et je suis assez d'accord sur le côté "sexy vulgaire". La sexualité est trop appuyée par rapport à la sensualité.
    Quant au livre, moi j'ai vraiment adoré même si parfois le système des lettres est un peu lassant.

    Ecrit par Arwen, 14 avril 2009 à 23:14
  • @ Arwen : Moi j'ai beaucoup aimé au contraire cette structure épistolaire ou par journaux intimes car elle permet de varier les tons, les points de vue, et justement, ça ne m'a jamais lassée. Pour le film, un peu de sensualité aurait juste été impeccable. Mais là, c'est du gros, du lourd, du pas délicat. Bref, pas très intéressant par rapport au roman et au mythe...

    Ecrit par Alwenn, 15 avril 2009 à 13:34
  • J'ai vraiment aimé celuide 1931, avec tous ses défauts... c'est un film d'horreur basique, certainement pas un grand film, mais Bela Lugosi est devenu l'incarnation de Dracula par excellence et j'apprécie beaucoup l'aspect ringard de ce film. J'adore "Nosferatu" également, dans un tout autre genre !

    Ecrit par Lou, 20 avril 2009 à 13:18
  • C'est vrai que cette version a son charme, indéniablement ! Et c'est vrai que Bela Lugosi est tout à fait inséparable de ce personnage !

    Ecrit par Alwenn, 21 avril 2009 à 22:19
  • Celui de Coppola j'en ai vu des bouts, et je pense à peu près comme toi ! Je trouve quand même que c'est un bon film. L'autre je ne l'ai pas vu mais cela vaudrait sans doute le coup d'oeil. Mais ce que je veux te dire surtout c'est que déjà ta façon d'écrire est souvent assez amusante, et puis tu fais des critiques assez objectives et constructives et ça c'est vraiment bien. En plus on comprend tout de suite les points importants. Je te mets en sites favoris

    Ecrit par Luna, 20 juin 2009 à 11:12
  • @ Luna : merci pour ces compliments ! Je file de ce pas voir ton blog ! )

    Ecrit par Alwenn, 21 juin 2009 à 23:51

A votre tour de déposer un billet doux...








 

© Fabulabovarya.canalblog.com, contenu géré par Alwenn | Création 17 avril 2006 |
La reproduction du contenu écrit des billets présents sur ce site sous toute forme et sans autorisation est strictement interdite.